22 août 2016

La banqueroute planquée sous le beurkini

« Mettez deux électrodes dans une poche de gélatine de veau ça ne fera jamais une batterie de voiture ». C'est ce que me disait ce vendredi matin mon coiffeur à vingt euros - finition rasoir, à la lecture des extraits de la somme éphémère de François Padebol parue chez Albin Michel sous le titre accrocheur : "Conversations privées avec le président". Accrocheur mais décevant parce qu'à la fin il n'est pas félixfaurisé par la Pompe funèbre ! « Quel con, ce type !» conclua l'artisan payé au clic, ne sachant pas pour qui j'avais voté jadis.
Et tandis que je repliais le Midi Libre, j'aperçois l'entrefilet signalant que Benoît Hamon - mais si, il est connu jusqu'à Palavas-les-Flots - monte dans le manège aux connards*. L'élite, la vraie, ayant déserté la politique, les médiocres se ruent !

On ne parle aujourd'hui que du sac à bain de Shéhérazade et de tout ce qui est islamique jusqu'à la nausée. En ce dernier jour de sérénité estivale, laissons tomber les sectateurs du prophète et revenons aux fondamentaux : nous entrerons demain dans la période électorale de tous les dangers pour les finances publiques - s'il en reste : les programmes des candidats ne brandissent que des dépenses à découvert sauf à enfumer parfois l'électeur de projets de recettes impopulaires impossibles à décréter, qui le feront fuir. Or Les caisses sont vides et le pays n’est en rien réformé dans les sources de l'hémorragie financière qui draine toute son énergie, à commencer par l'Etat tétraplégique hérité de l'Empire, baleine échouée en soins palliatifs éternels dont on ne sait qui la débranchera. La croissance de remploi de l'expansion démographique est nulle ou epsilonique, à la limite de la fabrication statistique. La Dette soutenue par des taux d'intérêts bas ou nuls doit quand même être servie en principal et nous coûte horriblement cher ; et au-delà de nos déficits structurels, nous importons abrutis** et crevards par palanquées complètes derrière l'Allemagne ! Qu'importe à la fin ! Le cirque des primaires amusera le peuple et lui cachera la misère du régime. Pendant ce temps, se glissent discrètement vers un ailleurs meilleur nos chances pour des lendemains qui chantent : ceux qui ont réussi partent, ceux qui réussiront partent plus vite encore (clic).

Reste le Veau national, qui persévère dans une épargne soutenue de ses disponibilités ne consommant que le nécessaire. Le taux d’épargne est presque un record mondial. Ce qui peut s’expliquer d’une bien curieuse façon ; du moins commence-t’on à l’expliquer ainsi dans les couloirs des ministères où circule l'épouvantable idée d'un amalgame de la nation et de l'Etat, la première devant assurer la survie du second quoiqu'il en coûte. Ouvrez vos oreilles :

Les Français ont une capacité d’épargne plus importante parce qu’ils bénéficient de prestations sociales de tous ordres bien plus élevées que les autres. Les prélèvements sur la richesse nationale que l’on dit rédhibitoires pour la santé économique du pays seraient donc compensés par des bas de laine énormes. Plus simplement, les déficits budgétaires et sociaux alimenteraient certes la consommation mais surtout l’épargne privée en bout de tuyau. Il faut être demeuré pour ne pas comprendre qu’il faudra inverser le flux pour sauver le pays et surtout le régime socialiste, et que l’épargne privée sera confisquée d’une manière ou l’autre pour boucher les trous. Comme en Argentine jadis ? Le FMI est déjà d'accord***, nous dit son directeur général français, Christine Lagarde : on commencera à taxer l'épargne des ménages à dix pour cent. Qu'en disent les candidats au pompon ?
Salut les c… !

* Sobriquet donné par Dominique de Villepin aux députés français qui lui reprochaient de ne pas être des leurs.
** Qualificatif utilisé par le ministre de l'Intérieur du land de Berlin pour les "réfugiés" de Mme Merkel.
*** cf. Business Bourse (clic) d'il y a un an.

share
Print Friendly and PDF

15 août 2016

Le dernier jour de François d'Orléans (1935-1960)


François et sa mère, Isabelle d'Orléans et Bragance
(courtoisie Gotha)

Avertissement : Les échanges que nous avons eus à la suite de l'article publié sur Royal-Artillerie le 11 octobre 2009 en mémoire du sous-lieutenant François d'Orléans, mort pour la France en Kabylie le 11 octobre 1960 (clic) ont dessiné la maquette du RETEX sans pour autant nous en donner tous les détails. Voici le rapport d'étape avec quelques photos moins connues. L'affaire date de 56 ans déjà. Il aurait eu 81 ans aujourd'hui.


La section d'Orléans, 1ère compagnie du 7ème Bataillon de Chasseurs Alpins, était détachée auprès du 6°BCA qui tenait tout le territoire de Michelet. Elle formait avec d'autres le Commando de chasse P12 (P pour partisans) dans le secteur dit de Fort National¹ et était postée sur la commune d'Iferhounène, contreforts nord du massif du Djurdjura. Elle montait parfois en crête pour surveiller le versant sud du massif. Elle fut engagée le 11 octobre 1960 dans un ratissage d'ampleur sur sa zone d'effort traditionnelle avec l'appui d'éléments du Commando de chasse V11 (V pour volontaires), issu du 1er bataillon du 2è RIMa². Opération codée Kf37/38. Elle accrocha trois mousseblines à Taourirt Ali Ou Naceur (commune d'Iferhounène). On va s'arrêter d'abord sur ces commandos de chasse un instant :

Incorporation de François d'Orléans
(courtoisie "Jours de France")
Après le putsch de 1958, les opérations d'envergure anéantissent les grandes unités de l'ALN et les lignes étanches Challe et Morice ferment l'Algérie aux pénétrations depuis le Maroc et la Tunisie. Les bataillons fellaghas rescapés éclatent en unités mobiles de guérilla autonomes. La réponse est dans la mobilité d'unités de chasse à effectif restreint. On créera alors les commandos de chasse sur deux modèles, le modèle "Partisans" à 138 hommes, décalqué du modèle mixte indochinois, dans lequel on incorporera des harkis avec un section de commandement/appui et quatre sections de combat ; et le modèle "Volontaires" à 90 hommes (c'est du moins le TED). Les bataillons de l'Armée de terre dériveront ces commandos qui essaimeront sur le terrain en zone d'insécurité. Leurs cadres seront formés dans des écoles de contre-guérilla à Philippeville et à Saïda. Leur armement sera celui des sections d'infanterie classique (donc économique). Certaines unités reçurent aussi des chiens éclaireurs, les fameux "chiens de guerre" de Fort National. La mission sera la chasse dans une tactique de mobilité avec un moindre effort d'implantation qu'une unité classique, jusqu'à la nomadisation. C'est la théorie.

En novembre 1959, le chef de corps du 7°BCA a encore foi dans l'Algérie française et motive ses troupes pour une pacification de la Grande Kabylie et une transformation des conditions d'existence des populations. Il faut dire que l'année 1959 a été mouvementée. Les unités de l'ALN, probablement réduites, privilégient le combat de montagne avec même l'appui-feu de grenades à fusil. Le bataillon encaisse pas mal. En juillet 1959 c'est le Slt Tézenas du Montcel qui prend deux chevrotines dans le ventre à courte portée à dix mètres du commandant de compagnie, mais il guérira de sa blessure car il tenait son MAT-49 sur le ceinturon qui amortit l'impact. Les félicitations du Premier ministre Debré, venu en inspection au mois d'août 1959 à Tikichourt et aux Ouacifs, ne dissuadent pas les officiers que la queue de trajectoire reste l'Algérie française. Au contraire, même si le terme Algérie française n'est pas écrit dans sa lettre de remerciement, assez prémonitoire quand on la lit avec du recul. Evidemment, c'est le 30 août 1959 que le général de Gaulle laissera tomber l'intégration dans un discours à Beni-Douala où il offrira le choix aux Algériens "entre la francisation, l'association et la sécession", après la fameuse "paix des braves". L'effarement de l'interprète berbère lui fera dire à la population amassée le contraire de ce qu'il entendait (source Mekerra).
Ignorant l'évolution sémantique du projet gaulliste, les sections de chasseurs continuent à sortir chaque jour et l'année suivante aussi. On constate même une augmentation du trafic rebelle en 1960. Un sergent du 7, le Sgt Sipière trouve la mort dans les mêmes conditions que mourra François d'Orléans trois mois plus tard, à la tête de son groupe, tir de chevrotines à bout portant d'un HLL isolé. Dans son édito de juillet 1960, le chef de corps n'est plus aussi optimiste mais fait bonne figure. (source Le Cactus, fanzine polycopié du bataillon tiré à 1000 exemplaires).

L'Echo d'Oran
La section du Slt d'Orléans s'était-elle un peu assoupie au poste en laissant s'estomper l'esprit de la mission qui était de cavaler et de ne pas faire garnison. Le témoin "a" le laisse entendre, qui trouve le poste mal tenu. Dès 1960 les opérations "commando de chasse" ressemblent plus à des patrouilles de deux jours qu'à la traque cynégétique d'opportunités. Cet organisation au tourniquet insinue le poison de la routine. Bien qu'ils ne soient que deux officiers à la 1è compagnie du 7°BCA, le degré d'autonomie du Slt d'Orléans ne devait pas non plus être si grand qu'il ne soit obligé d'attendre les ordres du commandant d'un bataillon très exposé au danger. En effet le 6°BCA, coincé entre le 7°BCA à l'ouest et le 22°BCA à l'est, avait la pire zone du secteur octroyé à la 27°Division d'Infanterie alpine de Tizi Ouzou (Général Jacques Faure). Ce bataillon paya un prix élevé en Kabylie où il laissa 78 morts (12 officiers, 18 SOF, 48 chasseurs) et 243 blessés. Un mois avant la journée qui nous occupe aujourd'hui, le 5 septembre, le bataillon perdit le lieutenant Bernard Bonnin dans la réduction d'un groupe rebelle au même endroit, à Taourirt Ali Ou Naceur. Le 7°BCA aura de son côté 63 morts dont 5 officiers. Ce secteur n'était pas Courchevel ! Revenons au 11 octobre 1960. Notre article du 11/10/2009 a capté des témoignages directs et indirects (dans l'ordre d'apparition sur ce blogue) :
a.- Sergent Jean-Claude Borrel (1è Compagnie du 7°BCA) qui passe début 1960 par le poste commandé par le Slt d'Orléans à Aït Ali Ouharzoun (clic)
b.- Pivotant-Autorité, indicatif du radio de compagnie du commando V11
c.- Lieutenant Delaforge (ancien des Compagnies sahariennes) commandant la 1ère Compagnie du 7°BCA détachée au 6. Delaforge avait déjà formé une section de supplétifs à Tikichourt quand il commandait la 2è Cie.
d.- Sergent Jean-Paul Denut, 2è Section du Commando P12
e.- "? Patrick-Charles Renaud ?", Commando V11
f.- Sergent Zebrowski, Commando P12, témoin oculaire le plus proche.


11.10.1960 : Le ratissage commence au matin dès les ordres reçus par chacune des sections des Commandos P12 et V11. Selon l'intervenant "f", la section d'Orléans accroche rapidement trois moussebiline* sérieusement retranchés dans les anfractuosités d'un tertre, qui allument les harkis de pointe, en blessant deux et tuant le troisième. François d'Orléans détestaient les moussebiline d'une haine tenace à divers motifs liés à la guerre et aurait dit auparavant à un jeune fellagha prisonnier sur son lit d'hôpital « Si (prénom du prisonnier), j'ai de l'estime pour vous, combattants de l'ALN, par contre, les mouzebilines sont pour le sabotage, pour couper les routes, pour couper les arbres des vergers et les poteaux téléphoniques. C'est une vermine, ces mouzebilines.» (source Salah Mekacher, Aux PC de la Wilaya III - 1957-1962)
* les moussebiline, prononcé mouzebilines par François d'Orléans, étaient des supplétifs civils recrutés par les unités régulières de l'ALN parmi les montagnards pour le renseignement, le transport et le sabotage



Les grenades ne donnant rien, est-ce d'exaspération qu'il se précipita à contre-jour à l'assaut de "ces salopards" pour les grenader de plus près ? En l'absence d'aucun autre motif valable, on peut le supposer. Trop exposé, sans vision exacte, il fut reçu par un coup de chevrotines dans le ventre ; il était dix heures du matin. La position fell n'était pas inexpugnable puisque les trois moussebiline furent tués, ainsi que tous les ennemis qui tombèrent sous la main des chasseurs en ce funeste jour. L'intervenant "e" parle de 85 morts, HLL (hors-la-loi) et autres, mais les pertes semblent par lui surestimées à moins que l'on ait anéanti toute une katiba rebelle, ce qui n'aurait pas manqué d'être inscrit sur la citation pour la croix de la Valeur militaire donnée au Slt François d'Orléans. L'intervenant "f" estime les pertes ennemies à une quinzaine, soit un groupe ou une demi-section, effectif normal se déplaçant en zone d'insécurité. Il y aurait eu quatre morts de notre côté.

Si on se fie aux témoignages et sur la base du règlement de combat de base (ne pas sourire, ça peut sauver), la faute technique est évidente. Le chef de section n'a pas pris la peine de manœuvrer pour réduire la position ennemie retranchée. Il s'est jeté au devant d'un poste embusqué, ce que n'aurait pas fait un voltigeur à l'issue de sa période d'instruction, surtout avec trois camarades au tapis devant lui. L'écoulement du temps ne l'obligeait à aucune précipitation puisque c'était le matin. Son esprit était à ce moment-là en défaut d'attention ; nous n'en saurons jamais les raisons qui peuvent être personnelles ; sauf que son frère, Henri, a signalé ensuite que ce ratissage était sa dernière opération de terrain et qu'il avait déjà fait le pot d'adieu à sa section. L'ordre est arrivé rapidement de se taire pour ne pas offrir cette victoire aux insurgés. Les anciens participants à l'opération se montrent effectivement peu diserts encore aujourd'hui.

Massif du Djurdjura

Le 11 octobre 2015, son frère, l'actuel Duc de France, qui était alors employé au Secrétariat général de la Défense nationale aux Invalides et averti immédiatement pour rejoindre l'Algérie, évoqua sa mort en ces termes : « [...] L’hélicoptère me déposa en plein djebel, près de l’endroit où il fut frappé… alors on me raconta… François avait presque fini son temps légal. Certains me dirent qu’il voulait rempiler pour trois autres années. Le commandant du 7° BCA désirait le prendre à ses côtés dans un poste administratif. Mon frère avait déjà fait ses adieux à son peloton³, lorsqu’il apprend qu’une bande de fellagas avait été localisée dans le secteur et que son peloton devait participer à l’affrontement. Il supplia le commandant de pouvoir, une dernière fois, accompagner ses hommes. Au cours de l’accrochage, un de ses harkis est blessé. Il se précipite pour lui porter secours. Il est lui-même frappé par deux décharges de chevrotines. Son peloton met en fuite l’adversaire pour le secourir… et… ses derniers mots furent : "Comment va le blessé ?" Le 7° BCA avait érigé une chapelle ardente pour le veiller sous une grande tente de l’Armée. Il était là, couché sur un lit de campagne, beau et calme. Il avait accompli son devoir de Prince de France, son devoir de Français. On allait le déposer dans son cercueil qui resterait ouvert, car ses adversaires l’avaient respecté. Mes Parents purent le voir dans la cour de l’hôpital de Bab El Oued à Alger. Et lorsque le cercueil traversa lentement Bab El Oued, tous les You-You des Femmes l’accompagnèrent longtemps, en signe de respect. Il fut décoré de la Légion d’Honneur à Dreux par le Général de Gaulle.»

1è Cie du 7è BCA
Bien sûr, les lecteurs de Royal-Artillerie feront la part de l'émotion légitime et celle de la reconstruction des circonstances par les autorités militaires désirant plaire en haut lieu ; l'adversaire ne fut pas mis en déroute mais anéanti autant qu'on en trouva jusqu'au bout de la journée, et l'impression retenue par l'intervenant "a" laisse douter que le Slt François ait eu l'intention de rempiler ; mais cette communication un peu fabriquée avait aussi un motif tactique : depuis Tizi Ouzou, la 77° compagnie de Transmissions suivait le trafic radio de correspondants de guerre étrangers suisse, anglais et allemand travaillant parmi les fellaghas de la Wilaya III. Après l'accrochage, un message radio fut reçu au P12 en flash (urgence Z), classifié et codé YYY (yankeeyankeeyankee), réservé donc à l'autorité (source "f"). Sans doute le black-out officiel date-t-il de ce moment-là.

On n'en saura pas plus mais des versions les plus fantaisistes commenceront à circuler, forcément. Même le camp adverse est resté très discret sur cette funeste journée. Que cet article suscite des compléments et des rectifications, c'est tout ce que nous souhaitons. Nous terminons par ce témoignage de Pierre Clostermann : Dans cette guerre pourrie, maudite, d'embuscades, de recherches, de poursuite, de soif, de sueur, de souffrances, dans cette guerre dominée par l'homme et non par la puissance mécanique, c'était pratiquement au corps à corps qu'il fallait débusquer, lever et tenir le contact de l'adversaire. C'est bien ce que fit le jeune chef de section... pendant qu'à Paris les pouvoirs publics organisaient entre gens de haute discrétion le largage de l'Algérie et du Sahara qui allait rendre inutiles les sacrifices de tous ces jeunes Français, et surtout ceux des Français de cœur.

Tout son entourage aimait François d'Orléans et sa disparition fut un choc, d'abord dans sa famille, mais aussi dans le mouvement royaliste français, ce que j'ai vécu moi-même à l'époque, où les gens étaient sincèrement effondrés autour de moi par cette nouvelle. Il restera de lui, outre le souvenir d'un prince simple et cordial, un fils qu'il n'a pu connaître et qui peut être fier de son ascendance. La revanche de la vie est dans la mémoire des vivants, celle qui le garde pour nous sous les traits de sa jeunesse. Qu'il repose en paix parmi les siens.


Nécropole royale de Dreux


PS : un grand merci à l'artilleur de marine Michel C., infatigable soutien (il se reconnaîtra) sans qui cet article n'aurait pu être bouclé.
Notes:
(1) Fort national sur Généawiki
(2) C'est cette formation du 2è RIMa qui accueillera le général De Gaulle venu deux mois plus tard à Akbou pour recevoir la capitulation du chef ALN de la Wilaya III, colonel Mohand Oulhadj, quand ce dernier n'attendait que des négociations de cessez-le-feu. Le général De Gaulle repartira bredouille et furieux.
(3) L'unité élémentaire des bataillons alpins est la compagnie, elle même formée de sections ; il n'y a pas de pelotons mais Henri d'Orléans a fait son temps dans la cavalerie.

Obusiers de 105 en batterie au 6°BCA (2°Cie) pour fracturer les rochers

share


Print Friendly and PDF