lundi 19 juin 2017

Pause !

Emmanuel Jupiter Macron
Les Français rêvent depuis Gergovie de l'homme providentiel ;
ils l'ont !
Ils ne comprenaient pas qu'on puisse le brider dans toutes ses "bonnes intentions" en ne lui donnant qu'une minorité parlementaire qui le forcerait à la cohabitation ; ils lui ont donné une majorité nette et sans bavures à l'Assemblée nationale !
Ils détestaient leur classe politique corrompue ; c'est fait, on a abattu le taillis politique pour faire entrer la lumière sous la canopée démocratique. Assemblée renouvelée à 74% !
Alors quoi de plus ? Rien !
Emmanuel Macron a tout, l'allure, le cerveau, la jeunesse, la santé, la majorité présidentielle sans le Modem et un premier ministre super-carré. Les partenaires sociaux ont été prévenus comme le singe dans l'arbre qui assiste à l'égorgement du poulet ; le poulet s'appelle PS ou LR : les syndicalistes ne participeront pas à l'effondrement social du pays sous peine d'assèchement des fontaines de subventions et postes paritaires juteux. Ça calme !

Nul ne sait ce qu'il va advenir des Républicains tiraillés par les intérêts électoraux locaux mais disciplinés par la prébende et la dette du parti. M. Mélenchon atteindra son demi-siècle de carrière politique inutile et nuisible au sein d'un petit groupe d'insoumis qu'il finira bien par diviser avec ses objurgations disciplinaires. Le parti socialiste est carrément en faillite politique et financière. Le Front national accède à l'hémicycle avec une petite escouade qui sera peut-être plus assidue ici qu'au parlement européen mais qui pèsera peu car hors-sol sur les sujets économiques. A noter qu'il reste des traces communistes pour les archéologues du futur, qui se demanderont longtemps ce qu'ils faisaient là.
C'est donc du billard pour le pouvoir nouveau, sauf à mettre à jour les algorithmes sur le taux de désintérêt des électeurs convoqués. Mais si les gens s'en foutent, ils ne bloqueront pas non plus !

Alors, posons la carte électorale et retournons à la charrue. Que la République se débrouille dans ses truquages et ses lobbies, vu les tares du système elle ne pouvait se mieux porter qu'avec un président plébiscité et une chambre d'otaries ! La suite est pour la chronique des scoops et des scandales. Bon vent monsieur Macron, on reviendra !

Le blogue Royal-Artillerie part en pause quelque temps
et se met en mode Hotchkiss automatique
:

 


via GIPHY


A bientôt !


6 commentaires:

  1. Mise à part votre analyse des plus judicieuse sur le second tour. J'espère que ce n'est qu'un "au-revoir" et non un "a-dieu"?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Trop de taf côté professionnel. A plus tard :)

      Supprimer
  2. Bon courage pour votre travail. Je vous pensais à la retraite. Comme quoi on se fait des idées sur les gens.
    Revenez-nous vite, malgré tout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'y a pas d'âge pour les professions non réglementées :)

      Supprimer
  3. Juste un dernier commentaire avant vacances, qui sera lui un adieu (dont personne ne parle), celui de la Corse à la France! Une conséquence de ces elections legislatives: apres la prise de Bastia (2014) et celle de l'institution territoriale (2015), c'est aujourd'hui 3 circonscriptions sur 4 qui sont aux mains des nationalistes corses. Et ce n'est ni un hasard, ni un vol: ils sont terriblement efficaces et de plus en plus de Corses se rangent à leurs arguments. La rupture se dessine pas à pas, elle semble de plus en plus inéducable. Et qu'on ne me parle de sous développement économique, d’assistanat ou de dépeuplement: la richesse foncière et le potentiel touristiques valent tous les champs de pétrole pour garantir à terme une scission totale...ADDIU CORSICA (dans l'indifférence la plus totale)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'est de richesse que d'hommes. ,La seule rente pérenne est la rente géographique. Pour mieux connaître Hong Kong et Singapour, j'affirme qu'on peut réussir sans rien mais placé.
      Comme dit quelqu'un qui m'est proche, tu donnes un caillou à des Chinois, 10 ans plus tard on y ouvre la première concession Daimler-Benz.

      Supprimer

Les commentaires sont modérés. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Pas de commentaires "anonymes".

Printfriendly